Archive for the ‘PNPO’ Category

[PNPO] Digested Noise, The Sun came,Being Together without any Voice

dimanche, décembre 8th, 2013
  • Quoi: Daniel Linehan, « Digested Noise, The Sun came,Being Together without any Voice »
  • Où: Théâtre des Abesses
  • Quand: Mercredi 8 Novembre, 20h30
  • Mon opinion : « Mouais »

Je cite le programme :

Dans son premier solo, Digested Noise (2004), il accompagne sa danse de paroles, grondements et glapissements divers.

Et oui en effet,  je confirme on a eu tout ça. Pas de musique, pas de sons, mais au final c’était pas mal. Enfin, au moins je me suis dit que ça commençait bien. Des mouvements très au sol,  assez expressifs, j’ai adhéré.

The Sun Came (2006) plonge cinq danseurs dans une atmosphère d’après cataclysme : contraints, leurs mouvements répondent à la situation par une succession d’états d’intensité variables – féroce, manipulatrice, mélodramatique. Enfin, Being Together without any Voice (2010) interroge les liens au sein d’une humanité qui hésite entre la force de l’habitude et l’élan vers la liberté au moyen de gestes figurant aussi bien un travail privé d’utilité qu’un jeu sans finalité.

Qu’on ne vienne pas me dire qu’il faut que j’éteigne mon cerveau, même le programme prévient que ça interroge les liens au seine d’une humanité qui ….
Et bien non, je n’ai rien vu et rien compris.

En fait, à certains moment les danseurs se mettaient tout d’un coup ensemble, et avec la musique. Et tout de suite, je marchais à fond. Les mouvements en général sont plus fluides, moins cassés, les corps moins anguleux, et mes oreilles s’accordent avec mes yeux. Au fond, je crois que c’est ça que j’aime. Je ne suis peut être pas le bon public pour le contemporain !

Donc  au final je n’ai pas détesté, mais c’était bien long pour ce que j’en ai vu …

 

Trisha Brown – Foray foret, If you couldn’t see me, Astral convertible

vendredi, décembre 6th, 2013

Avec ma manie de ne pas lire le programme, j’en fus pour mes frais.
En puis en même temps, les programmes des spectacles de danse contemporaine sont en général très peu utiles tant ils ressemble à un concentré de poncifs intellos.

Bref, ça commence avec un groupe de 8 danseurs, d’abord pendant plusieurs minute sans aucune musique. Les corps bougent, gesticulent plutôt, sans apparente synchronisation (et je suis absolument prêt à entendre que je n’ai juste rien compris), puis peu à peu on entend une fanfare, oui oui du genre Sud-Ouest-Rugby-3emeMiTemps-bière-You’reJustTooGoodToBeTrueÀLaTrompette qui joue.
Mais dehors.
Et c’est là que j’aurais aimé avoir lu le programme : Musique : Fanfare. Parce que moi, je n’en savais rien, et j’entends une spectatrice derrière moi qui dit à sa voisine « ah ben ça ils avaient pas dû le prévoir, le coup de la fanfare qu’on entend », et je vois ces pauvres danseurs qui tentent de faire passer quelque chose alors qu’une fanfare bruyante vient déranger tout le monde. Du coup j’ai ajouté leur souffrance à la mienne, car en effet je m’ennuyait ferme et je ne comprenais rien, et j’étais horriblement mal à l’aise … Et vraiment, à chaque fois que je me dis que c’est prévu ainsi, il n’y a tellement aucun rapport entre ce que je vois et ce que j’entend, ni en style, ni en rythme, que je me dis que c’est forcément un élément extérieur au spectacle.
Au final donc, après probablement 20 ou 30 minutes qui ma parurent une éternité, la chose a fini et j’ai pu constater que la fanfare était à dessein. Ça ne m’a cependant pas beaucoup aidé.

Peut-être que c’est qu’au fond je n’aime pas la danse contemporaine;
c’est possible.
Mais j’attends de la danse une esthétique qui me touche, qui m’émeut. Et là, pour moi (et je ne parle que pour moi), rien. Rien que je trouve beau. Ou triste. Ou touchant.
J’avais l’impression en revanche qu’on essayait de nous dire quelque chose. Parfois les mouvements étaient si proches du mime. Comme un cours d’expression corporelle de terminale (mais si, ce qu’on prenait pour échapper à la gymnastique au bac). Et pourquoi pas, ça peut absolument m’intéresser. Mais dans ce cas là je cherche à comprendre quelque chose. Et là, rien.

Les deux autres pièces m’ont fait moins souffrir mais ont maintenu la même frustration esthétique .

En encore une fois, c’est probablement moi qui n’ai rien compris; mais c’est d’ailleurs là tout le problème : je n’ai rien  compris, et comme visuellement ça ne m’a pas ému, je crois que je peux dire assez franchement, je n’ai pas aimé.

Du tout.

 

Acrobates – Stéphane Ricordel

mercredi, octobre 16th, 2013
  • Quoi: Acrobates
  • Où:  Théâtre Montfort
  • Quand:  Mercredi 9 Octobre 2013, 20h45
  • Mon opinion : « Je ne sais pas »

Le programme dit bien qu’il ne s’agit par d’un hommage (à Fabrice Champion, leur ami et camarade acrobate décédé, et victime plutôt d’un accident, resté paralysé) mais le spectacle entier est hanté par sa présence.

Les vingt premières minutes sont des scènes vidéos avec quelques séquences d’acrobatie sur une surface inclinée. Je hais la vidéo en général dans les spectacles vivant, je la trouve souvent prétentieuse et intello, et très très difficile à bien utiliser, et à mon sens ici, on s’est pris les pieds dans le tapis.

Les vingts minutes qui suivent sont indistinctes. La musique, industrielle minimaliste, fait mal aux oreilles (AC qui a vu le spectacle le même soir me disait que pour elle, c’était justement qu’on était physiquement immergé dans l’expérience du corps détruit … physiquement engageant), on passe par de cours instant de poésie pure, intense, et on retombe tout de suite hélas. C’est difficile à suivre, scénographiquement parlant, et en même temps, c’est presque trop didactique, explicite et expliqué dans les enregistrement sonores.

Et puis à un moment, une scène bouleversante d’un corps qui se relève et qui retombe, un corps projeté par terre, contre les mur, la récurrence de la chute, et les vingts minutes qui suivent ont réussi à me transporter vraiment.

Du coup, dur de donner un avis, parce qu’il y a du très bon, mêlé au début dans une mise en scène que je n’aime pas. Dur aussi parce que le sujet est un peu inattaquable. Bref, je ne sais pas …

Victor ou les enfants au pouvoir

mercredi, avril 3rd, 2013

La pièce: Victor 9 ans répète à souhait ce que les adultes ne cessent de lui dire : qu’il est terriblement intelligent. Et il fait preuve du vice des adultes pour les manipuler et les dérouter tout le long d’une soirée qui finira en drame. A travers lui ce sont les histoires des adultes, leurs secrets et leurs mensonges qui font surface.

Côté mise en scène, je constate tout de même un retour aux ficelles des années 90, le décors qui bouge sans cesse, une piscine, des explosions, des arbres qui descendent du ciel. Les puristes hurleront, mais ça me rappelle les pièce de Mesguish qu’adolescent l’on m’emmenait voir.

Pas mal de symboles aussi, que je n’ai pas compris du tout, les masques, la piscine donc, et ces arbres. Je suis persuadé qu’il y a une explication très intello tirée par les cheveux, mais on se débrouille très bien sans.

Des longueurs, notamment une scène de folie de couple autour d’un lit très pénible, ou l’arrivée d’une femme qui pête (sisi, très potache) totalement dispensables.

On a vu aussi tous les ressors des « effets du théâtre » : fausses gifles à gogo, acteur trainé par les cheveux, faut coup de couteau, etc. Pas gênant, mais un peu dispensable aussi.

Cependant, une très belle performance d’acteurs et des moments très forts. Une pièce inégale donc mais intéressante.

Jeffrey

lundi, mars 11th, 2013
  • Quoi: Jeffrey
  • Où:  À la folie Théâtre
  • Quand:  Jeudi 14 Février 2013, 21h30
  • Mon opinion : « Plutôt sympa ! »

A part que j’avais déjà vu l’affiche quelque part, et qu’un ami d’un ami avait remplacé un acteur, je ne connaissais rien de cette pièce. Je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre.

Attention, spoiler ! Jeffrey, jeune gay dégouté par l’enchaînement des plans d’un soir, voire d’une heure, décide d’arrêter le sexe pour faire une vraie rencontre. Cependant, lorsqu’il apprends que l’élu de son coeur est séropositif, il prend peur, alors même qu’un de ses meilleurs l’ami l’est aussi et risque de laisser son copain meurtri.

La compagnie est assez jeune, pas amateur, mais jeune, et on le voit par les bons comme les mauvais côtés. Les mauvais, ce sont bien sûr les côté un peu bricolés de certains trucs, mais ça contribue aux bons côté, la fraicheur, la spontanéité, la nécessité de devoir recourir à plein de petits artifices qui mettent un rythme assez enlevé et très agréable. C’est jeune et ça respire la bonne humeur.

Les acteurs sont bons, on sent bien que la pièce est rodée, ça coule de sources, quelques une sont clairement au dessus du lot, dont à mon avis la jeune star, Jeffrey, tout à fait convainquant. La plupart des acteurs jouent 3 rôle, ou plus, et ça ne pose aucun problème.

Le point faible, à mon avis, est le texte qui commence à dater un peu, plein de poncifs sur le HIV, et mettant en scène une époque où HIV rimait inévitablement avec une mort à moyen terme, au mieux. Bien que ça ne remette pas en cause le besoin de parler de la maladie, et surtout de faire de la prévention, on n’en est plus là aujourd’hui, et il y a du coup un certain décalage avec la réalité. Une toute petite longueur aussi vers les 3/4 de la pièce, que j’impute au texte.

En résumé, sans se prendre au sérieux, c’est un bon moment, drôle et touchant.

CNAC

samedi, mars 9th, 2013

Le cirque contemporain c’est parfois un peu casse-gueule, surtout lorsqu’on on y cherche une étude sociale, un thème sérieux et intello. L’étude des relations homme-femme comme fil conducteur était donc assez dangereux et je crains qu’ils ne se soient pris les pieds dans le tapis.

Un certain nombre de scènes n’ayant rien à voir avec le cirque étaient présentes, notamment une scène d’ouverture bruyante sous forme d’une bacchanale qui nous a beaucoup distraits alors qu’un numéro de trapèze commençait au dessus, presque invisible.

Je n’ai rien au départ contre des pauses dans un tel spectacle, l’une d’entre elle était même réellement belle et touchante, mais en général elles étaient un peu creuses et enlevaient du rythme au spectacle.

J’aurais passé tout ça avec plaisir si les numéros avaient été incroyables, mais techniquement parlant, rien de réellement fou (dans un contexte de gens brillants et comparé à d’autres année, hein, restons honnêtes, ils sont forts !), et surtout une mise en scène qui cachait les côtés techniques et les belles lignes (notamment à la corde et au mât chinois) pour privilégier l’enchaînement et la vitesse, ce qui m’a laissé une impression de brouillon où je n’ai pas distingué grand chose. Si c’était vraiment incroyable et que je l’ai raté, la faute de la mise en scène je pense qui faisait tout pour détourner notre attention des artistes.

On soulignera tout de même deux duos de trapèze fixes splendides, parce que beaux et lents, où les deux trapézistesétaient en complètement fusion, donnant ainsi des scènes de tendresse et de dualité rare.

L’homme qui se hait

jeudi, mars 7th, 2013

La pièce commence par une lecture magistrale d’un apparent professeur de philosophie, nous expliquant l’essentialité de l’homme qui se hait. L’homme qui se hait, se hait. Par nature, par essence, etc. Il ne faut pas à mon avis prêter à cette introduction un objectif  didactique qui à mon sens rendrait la pièce aussi pénible à suivre que Le monde de Sophie. C’est ce qu’a fait L., à qui la pièce a fort déplu pour cette raison. Quant à S., je ne  prendrai pas son avis en considération dans la mesure où il a passé plus de la moitié du temps à dormir, sans ronfler cependant; un plus.

Après une dizaine de minute d’une démonstration philosophique qui tourne assez rapidement au n’importe quoi,  on se retrouve plongé dans l’univers de ce professeur illuminé et ses deux assistants de la fantasque Université Philosophie Ambulante ou UPA, et baladés de flashback en flashback, de bourgade en bourgade où ce qui s’apparente un peu à une secte miniature avec son gourou et ses deux adeptes vivotent chichement et se remémorent leurs débuts. On y découvre les rapports entre les trois personnages, qui constituent à mon avis le point central de la pièce, l’emprise du Professeur fou, jusqu’à sa chute, dans une étonnante crise de lucidité.

J’aurais aimé aimer complètement, vraiment. Et cependant la présence incroyable de Garbiel Dufay (Professeur Winch) ne suffit pas à donner une réelle consistance au texte, ni à la mise en scène qui ne se montre qu’épisodiquement dans de maladroits accès de colère sous forme de hurlements sans nuance. L’espace est pleinement rempli, c’est vrai, mais uniquement par les regards des trois acteurs qui portent à eux seul tout le poids de la pièce.

 

 

 

Les bêtes du Sud sauvage

lundi, février 4th, 2013

PNPO

  • Quoi: Les bêtes du Sud sauvage (Beasts of the Southern Wild)
  • Où: UGC – Les Halles
  • Quand:  Vendredi 11 Janvier 2013, 20h40
  • Mon opinion : « Très déçu »

Le Masque et la plume (à défaut d’un critique, me semble-t-il) avait relativement encensé ce film, comme un long rève, ou un conte, et j’y allais dans une bonne disposition d’esprit.

Dans un bassin menacé d’inondation vit dans des conditions insalubres une petite communauté très pauvre, légèrement en marge de la société, et en son sein une fillette qui vit avec son père, mais dans une maison séparée, depuis que sa maman est partie (ou décédée, plus probablement). L’innondation vient finalement, et la communauté se réduit aux irreductibles qui pour rien au monde ne quitteront leur terre pour passer de l’autre côté de la digue.

En parallèle, comme l’institutrice locale en avait parlé, on voit de courtes scènes d’Auroch, réveillés du pôle Sud (enfin j’imagine, compte tenu du titre du film) devallant les plains et les marais jusqu’à arriver face à face avec la petite fille.

On m’avait vendu de la poésie et de la délicatesse, et je les cherche encore. Je vois bien ce qu’on aurait pu prendre pour un playdoyer d’un mode de vie alternatif, mais j’y ai surtout vu la misère, materielle comme humaine, la carricature des bon sauvage et des méchants blancs qui non, ne veulent pas soigner mais bel et bien chasser les pauvres, l’alcoolisme et la rudesse. Pas la poésie.

Et puis ces Aurochs, et je suis peut-petre complètement passé à côté du film à cause des Aurochs, mais je n’ai qu’une question : que viennent-ils faire là ? Au delà du fait que _la_ scène de face à face laisse apercevoir des effets speciaux grossiers – et bien entendu ce n’est pas le genre de film à faire des super effets, mais dans ces cas là, autant éviter d’en faire.

Heureusement, la jeune jeune actrice porte le tout à bout de bras et offre une performance incroyable. La poésie n’est pas dans le film, elle est dans les yeux et le visage de cette actrice de 9 ans.

Le monde de Charlie

mercredi, janvier 30th, 2013
 

PNPO

  • Quoi: Le Monde de Charlie (aka. The perks of being a wallflower)
  • Où: Mk2 Bibliothèque
  • Quand:  Mercredi 9 Janvier 2013, 20h
  • Mon opinion : « Beaucoup aimé »
Ça faisait bien longtemps qu’un film ne m’avait pas fait un tel effet. Et pourtant pas tellement sur le côté « reminiscence adolescente », mais vraiment par son aspect cinématographique. Où commencer ? Je suis sorti presque ivre, et j’ai marché le long de la bibliothèque avec un sourire béat au visage, et ça, c’est un signe qui en général ne trompe pas.
Le scenario est posé, rien d’exceptionnel c’est vrai, mais assez simple et presque sans fioriture. La conclusion sur sa tante décédée (attention spoiler) ne me parait pas indispensable. C’est peut-être le seul point faible, parce qu’en fait le film se serait très bien passé de toute aspérité du scénario tant le reste était fort.
Les acteurs bien sûr, Emma Watson brillante, Logan Lerman touchant, Ezra Miller un peu fou, tous si convaincants , naturels, réellement retombés en adolescence le temps du film. Il m’a fallu un petit moment pour arrêter d’attendre qu’elle sorte une baguette magique, mais c’est plutôt sa voix qui m’a fait cet effet, pour le reste c’est absolument parfait.
Et puis l’ambiance générale : la photo, simplement incroyable, la couleur, je crois que depuis The Virgin Suicide je n’avais pas été aussi sensible à l’esthétique d’un film, la bonne distance, le ton juste.
En fait, je me rends compte que c’est très difficile de construire un argumentaire pour dire du bien d’un film, alors filez le voir fissa, ça sera plus simple !

[PNPO] – Desh – Akram Khan

mercredi, janvier 2nd, 2013

PNPO

  • Quoi: Desh d’Akram Khan
  • Où: Théatre de la Ville
  • Quand: Vendredi 28 Décembre 2012 à 20h30
  • Mon opinion : « Beaucoup aimé »
 Comme toujours j’étais bien préparé et je pensais aller voir un solo de danse. Exercice qui me barbe assez facilement, mais les critiques étaient bonnes, et par sympathie pour A. qui travaille pour la compagnie, j’étais dans une bonne disposition d’esprit tout de même, ouvert et attentif.
Et puis c’est autre chose qu’Akram Khan nous a montré. C’est une histoire et un rêve à la fois, à travers divers artifices scéniques vraiment bien trouvés, c’est tout un univers qui s’est offert à nous, voyage entre l’arrière d’un restaurant à Londres et les forêts d’une légende du Bangladesh. Une interaction avec une animation projetée sur un écran semi opaque, un lumière changeante, et d’autres effets l’on aidé dans sa narration, sans jamais devenir trop présents.
Il y a de la danse, il y a des paroles (mais pas trop non plus), il y a avant tout l’histoire, et l’Histoire aussi. Et de ce fait, le livret qui nous guide sur la piste de la question de l’héritage culturel, du tiraillement entre culture des parents et culture du pays où l’on a grandi, ce livret n’est finalement pas pompeux du tout.
Je pense que c’est le genre de spectacle dans lequel on rentre complètement, ou alors auquel on reste extérieur et l’on déteste. Pour ma part, j’ai décollé tout de suite et je suis ressorti vraiment enchanté.